Ailante glanduleux

L'Ailante glanduleux, Ailanthe ou Faux vernis du Japon est un arbre de la famille des Simaroubaceæ. Il est présent autant dans la forêt tempérée que dans la forêt subtropicale d'Extrême-Orient.



Catégories :

Simaroubaceae - Flore (nom vernaculaire) - Arbre - Arbre de la Chine - Plante envahissante

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • FR : Ailante, Ailante glanduleux, Ailanthe, Arbre du ciel... Ailanthus altissima, Toona sinensis, vernis du Japon, arbre à laque, ailante - Association Tela Botanica, ... Base de données de références bibliographiques :... (source : tela-botanica)

L'Ailante glanduleux, Ailanthe ou Faux vernis du Japon (Ailanthus altissima) est un arbre de la famille des Simaroubaceæ. Il est présent autant dans la forêt tempérée que dans la forêt subtropicale d'Extrême-Orient.

Il est fréquemment confondu avec le Vernis du Japon.

Caractéristiques[1]

Histoire

Après son introduction comme arbre ornemental, l'ailante a (comme la renouée du Japon) surtout diffusé le long des voies ferrées ou des routes

Cette espèce venant de Chine (régions de Fujian, Guangdong, Guangxi, Yunnan) a été introduite en Europe en 1750 par Chéron d'Incarville. Elle est vite plantée comme arbre d'ornement et d'alignement le long des rues à cause de sa rapide vitesse de croissance.

En moins d'un siècle, l'ailante, qui produit de nombreuses graines (300 000 graines par plante et par an) mais en particulier drageonne, devient un élément du paysage arboré européen malgré ses nombreux défauts (odeur désagréable de son feuillage froissé, bois cassant sans valeur, fort pouvoir allergisant de sa sève et un miel fabriqué à partir de son nectar qui sent l'urine de chat).

Actuellement pour l'Europe occidentale, il est présent surtout en Grande-Bretagne, Belgique, France (forêt de Fontainebleau, Marquenterre, côtes méditerranéennes[2]) et Allemagne.

La maladie du ver à soie

L'espèce a bénéficié pour son extension, surtout dans les Cévennes, de la catastrophe causée par la maladie des vers à soie. En effet, dès 1856, on multiplia abondamment cet arbre car il est l'hôte du bombyx de l'ailante. Les cocons de ce dernier étaient renommés en Chine pour la production d'une matière textile, l'ailantine. Cette soie ne rencontra pas en Europe le succès escompté car le brin moins fin ne pouvait servir qu'à des tissus inférieurs.

L'ailante est actuellement naturalisé dans de nombreuses régions du monde où il se reproduit et se répand sans intervention humaine. C'est même une plante particulièrement prolifique reconnue comme une espèce invasive en Australie et en Amérique du Nord.

Il peut être remplacé par le frêne ou le micocoulier (Celtis australis).

Notes

  1. Ph. Julve, Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France, 1998, version de 23 avril 2004, Baseflor
  2. Liste des plantes envahissantes, éditée par l'Agence Méditerranéenne de l'Environnement (juillet 2003)

Références externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ailante_glanduleux.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu