Hyoscyamus niger

La jusquiame noire est une plante herbacée annuelle de la famille des Solanacées, originaire d'Eurasie. C'est une plante toxique, riche en alcaloïdes : hyosciamine, scopolamine et atropine.



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Solanaceae - Plante toxique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La jusquiame noire (Hyoscyamus niger) est une plante acclimatée qui pousse dans certains régions du sud du Canada. Elle contient plusieurs alcaloïdes et , ... (source : cbif.gc)
  • Jusquiame noire. Hyoscyamus niger... La jusquiame noire est une plante malodorante le plus souvent bisannuelle, collante, particulièrement velue, pourvue d'une tige droite.... (source : luontoportti)
  • Hyoscyamus niger fiche descriptive de la Jusquiame noire.... la jusquiame noire est une plante toxique, l'ingestion d'une quinzaine de graines peut... (source : nature.jardin.free)

La jusquiame noire est une plante herbacée annuelle de la famille des Solanacées, originaire d'Eurasie. C'est une plante toxique, riche en alcaloïdes : hyosciamine, scopolamine et atropine.

Description

Plante annuelle ou bisannuelle à odeur désagréable, à poils collants. Nombreuses feuilles ovales à extrémité pointue, grossièrement dentées ou entières, les basales pétiolées et en rosette, les supérieures sessiles. Inflorescence en cyme unipare hélicoïde. Fleurs à corolle tubulée terminée par cinq lobes arrondis. La corolle est jaune pâle, avec une gorge et des nervures pourpres ou violettes. Calice vert à 5 dents. 5 étamines. Le fruit est une capsule. Floraison de mai à septembre. Terrains en friche ou labourés, fréquemment près de la mer ou à proximité de bâtiments agricoles.

Propriétés

Dotée de propriétés psychotropes communes aux solanacées vireuses (datura, belladone et mandragore) la jusquiame noire a été utilisée en Europe depuis l'Antiquité à des fins rituelles, surtout pour entrer dans des états modifiés de conscience : dilatation des pupilles, sensations de distorsion de la personnalité, impressions de lévitation, confusion entre état hallucinatoire et éveillé, perceptions d'illusions comme étant la réalité, etc. On trouve mention des utilisations magico-religieuses dans plusieurs ouvrages réédités de traités «magiques» d'astrologie alchimique et de recettes incorporant des plantes, tel le Grand Albert.

Utilisation

Les recettes indiquées incluent plusieurs plantes toxiques, telle la ciguë, l'opium, l'aconit, la belladone et la jusquiame, bouillies longuement avec de l'axonge (graisse fine d'agneau ou alors de nouveau-né, qui tient lieu de solvant) et des additifs résineux tels les bourgeons de peupliers qui entrent dans la composition de la propolis (antibiotique naturel sécrété par les abeilles). Les onguents ainsi obtenus étaient ensuite frottés sur les parties du corps où la peau est fine et permet le passage des matières actives : creux poplité du genoux, aisselles, dessous du coude, tempes, vagin, hanches, etc, au cours des rituels de sorcellerie pour favoriser le passage de l'utilisateur dans un univers démoniaque (rite du "sabbat" à l'étymologie obscure). Les dosages qui permettaient atteindre l'état désiré étaient peu divulgés. La pharmacologie même des composants employés est telle que la dose mortelle est proche de la dose hallucinogène.

Il est aussi avéré que la jusquiame entrait dans la composition de certaines bières, où elle décuplait les effets de l'ivresse alcoolique. On a ainsi retrouvé en Scandinavie dans une tombe datant de l'Âge de Bronze une bière aromatisée de plusieurs plantes (myrte, reine des prés, etc. ), dont la jusquiame noire. Une hypothèse linguistique fait même remonter l'étymologie de la Pilsener (une bière amère blonde) au nom germain de la jusquiame, Bilsenkraut.

Enfin, Christian Rätsch cite dans son ouvrage «les plantes de l'amour» une utilisation aphrodisiaque de la jusquiame au Moyen Âge, sous forme de fumigation des graines dans les établissements de bains.

Sur le plan clinique, cette plante est un toxique (moins virulente cependant que les autres solanacées à alcaloïdes tropaniques)  : les surdosages peuvent entraîner spasmes, hallucination, tachycardie, perte de conscience et arrêt respiratoire. Ces alcaloïdes (hyosciamine, scopolamine et atropine) furent utilisés au cours de la Deuxième Guerre mondiale comme sérum de vérité. Actuellement, ils entrent dans la composition de nombreux médicaments, surtout contre le mal des transports, ou encore pour les soins des maladies neuro-dégénératives.

Bibliographie

Liens externes

  • Art-ethnobotanique site spécialisé dans les plantes ethnobotaniques dont la jusquiame noire.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyoscyamus_niger.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu