Myrtille commune

La myrtille commune est un sous-arbrisseau de la famille des Ericacées qui produit des fruits aussi nommés myrtilles, appartenant au groupe des airelles.



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Ericaceae - Airelle - Plante médicinale - Phytothérapie - Plante mellifère

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Afficher LA MYRTILLE COMMUNE (VACCINIUM MYRTILLUS). Marie-Jo VANSTIPPEN... canneberge à gros fruit (Vaccinium macrocarpon), la callune ou bruyère commune... (source : lessources-cnb)
  • Calluna vulgaris. Callune vulgaire, bruyère commune.... Canneberge à petits fruits, airelle à petits fruits. Vaccinium myrtillus. Myrtille commune.... (source : lyc-clemenceau.ac-reims)
  • Myrtille. Vaccinium myrtillus. Les myrtilles sont les fruits produits par diverses espèces du ... il s'agit de Vaccinium myrtillus, la myrtille commune, ... (source : 5piliers)

La myrtille commune (Vaccinium myrtillus) est un sous-arbrisseau de la famille des Ericacées qui produit des fruits aussi nommés myrtilles, appartenant au groupe des airelles.

Le nom de myrtille, qui sert à désigner autant le végétal que son fruit, se rapporte à l'origine seulement à Vaccinium myrtillus, mais l'appellation de myrtille s'est étendue à d'autres espèces, surtout américaines, qui ont pu être développées en culture.

La myrtille commune porte de nombreux autres noms vernaculaires régionaux : airelle myrtille, gueule noire, mauret, brimbelle, raisin des bois, bleuet ou bluet. La plante est quelquefois nommée myrtillier ou arbrêtier.

Etymologiquement, la myrtille est une petite myrte, du latin myrtus lui-même issu du grec murtos. Malgré leur vague ressemblance, la myrte et la myrtille n'ont pas de proche parenté biologique.

La myrtille est un vigoureux sous-arbrisseau vivace et rampant, de 20 à 60 cm, qu'on trouve en Eurasie et en Amérique du Nord et qui forme des fourrés nains en dressant des rameaux serrés aux tiges vertes à section triangulaire. En France, elle est commune en montagne, mais également présente en Bretagne dans les forêts sur sol granitique. Elle croît jusqu'à 2500 m d'altitude dans les forêts de conifères, les bois clairs, les landes et les tourbières, associée aux plantes acidophiles.

Dans le langage des fleurs, la myrtille veut dire qu'on recherche la solitude.

Description

Myrtilles sauvages en Ardèche

Les feuilles caduques, de 15 à 40 mm de long, sont ovales, finement dentées, luisantes, vert vif et rougissent en automne.

D'avril à juillet, s'épanouissent les fleurs de 3 à 6 mm de long, campanulées et pendantes, de couleur pâle, rosâtre ou verdâtre, axillaires, solitaires ou réunies par paire. En Belgique, elles sont visitées essentiellement par des reines de bourdons (Bombus pascuorum, B. cryptarum, B. pratorum, B. lucorum), d'autres Hyménoptères dont l'abeille domestique et une série de Syrphidés (Jacquemart, 1993)

Les fruits sont des baies globuleuses de 6 à 10 mm de diamètre, qui, en premier lieu vertes, deviennent violettes puis bleu noir.

Histoire

En Ardenne belge, la cueillette et le commerce des myrtilles (Vaccinium myrtillus) étaient fréquemment pratiqués aux 19e et 20e siècles (HOYOIS, 1949-1953). Les myrtilles étaient conçues pour la vente au détail, à la distillerie, à la coloration des vins, à la fabrication de confitures et de pâtisseries. Les villageois en conservaient aussi pour leurs besoins personnels, surtout dans leur pharmacopée à cause de leurs vertus essentiellement anticolibacillaire, mais également circulatoire, antidiabétique et diurétique. Sur ces hauts plateaux, la cueillette des myrtilles commençait la seconde semaine de juillet et durait un mois. Les baies étaient cueillies par les femmes et les enfants, fréquemment au moyen de peignes. Selon la tradition orale, la récolte était en moyenne de 50 kilos par jour et par personne (C. Legros, com. pers. ). Le produit, vendu en ville, a même été exporté vers la Grande-Bretagne ; où les fruits fournissaient des produits colorants. Les cours des halles de Londres ou de Manchester étaient communiqués à Zeebrugge (HESMANS, 1926). Le prix des myrtilles variait au cours de la saison et d'une année à l'autre, suivant l'abondance et la qualité de la récolte, la demande du marché anglais et la concurrence des grossistes. Au 19e siècle, une cueilleuse pouvait gagner jusqu'à 25 et 30 francs par jour, équivalant environ au prix de deux jambons fumés (COURTOIS, 1828 ; HOYOIS, 1949-1953). Lorsque la vente était rentable, il n'était pas rare que des hommes quittent leur travail pour aller ainsi «aux myrtilles» (HESMANS, 1926). La cueillette et le commerce des myrtilles ont cependant disparu progressivement après les années 1950. Les raisons principales de ce déclin sont la raréfaction des populations de myrtille due aux reboisements en épicéa, qui ne laissent pas filtrer de lumière en suffisance, et l'instauration des congés payés en 1936, qui apportèrent un supplément de rentrées financières aux salariés, les dispensant progressivement de ce travail saisonnier (JACQUEMART et al. 2008).

Utilisations

Des fruits en alimentation

Les baies, sucrées, sont mangées fraîches ou sont utilisées dans diverses recettes. Leurs propriétés gustatives, nutritionnelles et médicinales sont développées dans l'article sur le fruit Myrtille.

De la plante pour la santé

Les racines et les feuilles contiennent des substances diurétiques, désinfectantes et astringentes et sont utilisées en phytothérapie pour des compresses, bains de pieds, gargarismes ou lotions.

Autres utilisations

Les fruits de la myrtille servaient jadis à teindre les vêtements d'une couleur bleu-violet. Ils servaient aussi, en particulier en Scandinavie à teinter... le vin !

Références
  • Référence ITIS : TSN 23571 (fr) (+version (en) )
  • Hoyois, G. 1949-1953. L'Ardenne et l'Ardennais, l'évolution économique et sociale d'une région. Culture et Civilisation, Bruxelles, 983 p.
  • Jacquemart A. -L. 1993. Floral visitors of Vaccinium species in high Ardenne, Belgium. Flora 188 : 263-273.
  • Jacquemart A. -L., Angenot A., De Sloover JR, Iserentant I. 2008. La réserve naturelle domaniale du plateau des Tailles et ses milieux tourbeux. Approches géographique, historique et biologique. Glain et Salm, 62, 130p.


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Myrtille_commune.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu