Sureau noir

Le sureau noir est un arbuste caducifolié à croissance rapide. Il est présent en Europe, en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord, mis à part les régions montagneuses.



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Caprifoliaceae - Adoxaceae - Plante fruitière - Plante nitrophile

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... j'ai un sureau pourpre avec des fleurs roses mais celui là je ne sais... La grande différence c'est que le sureau noir est un arbuste et ... (source : labuissanne.canalblog)
  • Le sirop de sureau fait à base de fleurs macérées et de sucre est une boisson... Le sureau noir est aussi un régal pour plus de 60 espèces d'oiseaux.... (source : les-vegetaliseurs)
  • tandis que les fleurs se consomment :... Le hièble est petit tandis que le sureau noir est un arbre.... Mots clés : arbre, confitures, sureau noir... (source : labalablog)

Le sureau noir (Sambucus nigra) est un arbuste caducifolié à croissance rapide. Il est présent en Europe, en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord, mis à part les régions montagneuses.

L'espèce est aussi nommé "arbre de Judas" car c'est à la branche d'un sureau noir que se serait pendu Judas Iscariote (d'autres sources parlent "d'arbre de Judée" qui est une espèce différente).

Description

Fleurs

Cet arbuste, à branches fréquemment courbées, peut mesurer de 1 à 10 mètres[1]. Son écorce est vert-grise fissurée.

Ses feuilles caduques, opposées et imparipennées sont composées de 5 à 7 folioles, régulièrement dentelées, légèrement plus velues sur les nervures.

Les fleurs hermaphrodites apparaissant en début d'été, sont parfumées, alors que les feuilles ont une odeur déplaisante quand on les froisse. Les fleurs, hermaphrodites, comportent 5 étamines et 5 pétales de couleur blanc crème. Elles sont disposées en ombelles planes régulières, de 100 à 240 mm de diamètre et apparaissent après les feuilles. [1]

Les fruits sont de petites drupes noires violacées de 6-8 mm disposés en grappes, composées de trois graines ainsi qu'à chair molle.

Le sureau noir se multiplie aisément par semis et par bouturage (à l'automne en utilisant une tige de 20 cm de l'année ayant commencé à se transformer en bois et comprenant une partie de la branche de l'année précédente).

Risque de confusion

Sureau hièble et sureau noir sont deux plantes des campagnes européennes qui se ressemblent fortement. Le sureau hièble se différencie du sureau noir par le fait que :

Distribution

Arbuste répandu des bois clairs, haies, terrains vagues, dunes littorales, abord des habitations. Fréquemment planté. [1], [2]

Historique

Le nom latin Sambucus fait allusion aux flûtes (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau dont les rameaux sont creux. Un médecin grec du IIe siècle de notre ère, Galien, recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus. Quelques siècles plus tôt, Pline l'Ancien lui attribuait déjà ces propriétés.

Le sureau noir a été une plante médicinale populaire dès l'Antiquité. Il est intégré à la pharmacopée de la médecine ayurvédique (Inde) et faisait aussi partie de l'arsenal thérapeutique des Amérindiens d'Amérique du Nord qui attribuaient les mêmes propriétés au sureau blanc (Sambucus canadensis) dont la composition est comparable à celle de son cousin européen.

Dans la tradition celtique, le sureau est l'arbre des morts. En effet, les druides confectionnaient avec son bois les flûtes leur permettant de converser avec les âmes des disparus.

Usages médicinaux

Les feuilles fraîches sont particulièrement riches en acide cyanhydrique, elles peuvent être utilisées en cataplasme.

Les fleurs contiennent des anthocyanes, des flavonoïdes, du mucilage, des tanins et une petite quantité d'huile principale particulièrement aromatique. Les fruits contiennent les mêmes flavonoïdes, des vitamines A, B et C. [3]

En 1986, la Commission E, un organisme gouvernemental allemand, approuvait l'usage médicinal des fleurs de sureau pour le traitement du rhume. En 1999, l'organisation mondiale de la santé a reconnu les usages respectant les traditions des fleurs de sureau comme diaphorétique (qui provoque la sudation) et expectorant. [4]

Publiés en 1995, les résultats d'un essai clinique à double insu avec placebo mené dans un kibboutz israélien au cours d'une épidémie de grippe ont démontré qu'un extrait de baies de sureau (Sambucol®) était nettement supérieur au placebo pour le soulagement des symptômes de la grippe. Au bout de deux jours, 93, 3 % des sujets traités au sureau voyaient déjà un soulagement significatif de leurs symptômes, tandis qu'il a fallu attendre six jours pour que 91, 7 % des personnes du groupe placebo montrent un progrès identique. [4]

Grossesse. Les résultats d'une étude de pharmacovigilance datant de 2002 et ayant porté sur 762 femmes enceintes qui avaient pris durant leur grossesse une préparation renfermant, entre autres plantes, des fleurs de sureau (Sinupret®) n'ont pas révélé d'effet tératogène ou embryotoxique. [4]

Autres usages

Les fleurs se cuisent en beignets.

Les boutons conservés dans le vinaigre peuvent accommoder des salades.

Les baies parfument les gâteaux aux pommes et sont consommés en gelée et en confiture.

On en fait aussi un excellent vin. [5]

Le sirop de sureau fait à base de fleurs macérées et de sucre est une boisson populaire surtout dans les pays scandinaves. Des sirops de ce type sont même commercialisés en Grande-Bretagne. Attention cependant d'enlever les pédoncules des fleurs avant de les utiliser, car ils sont toxiques[5] Le rob (concentré du jus des baies de sureau) s'est vu consacré pour ses propriétés diaphorétiques, parfait par conséquent pour soigner grippe, bronchite et autres toux rebelles.

Les fruits sont utilisées comme colorant naturel, surtout pour les boissons et aliments.

Au jardin, les feuilles de sureau accélèrent la décomposition du compost. le purin de feuilles de sureau noir est aussi utile en jardinage biologique pour combattre mildiou et pucerons. Ce purin aurait aussi le pouvoir de repousser les rongeurs (souris, mulots et campagnols). Pour se faire, il suffit de laisser macérer 1 kg de feuilles pendant quelques jours, dans 10 l d'eau, et de le pulvériser dans son jardin.

Toxicité

Ces baies cuites sont comestibles, mais l'ensemble des autres parties de la plantes contiennent de l'oxalate de calcium et sont par conséquent toxiques. Le fruit non mature contient aussi un alcaloïde toxique. Les baies crues peuvent provoquer nausée et vomissements chez l'homme[6]. On doit interdire aux enfants de manger les baies. La cuisson détruit la toxine.

Le sureau noir contient de la sambunigrine et de la vicianine, deux glycosides cyanogénétiques. L'acide cyanhydrique est libéré par des enzymes végétales dans l'organisme des animaux, après l'ingestion[7].

Parasites

Le champignon nommé "Oreille de Judas" est fréquemment trouvé sur le sureau noir.

Le puceron noir du sureau, Aphis sambuci, spécifique du sureau, n'ira pas sur d'autres arbres.

Le bétail et les lapins délaissent l'arbre mais le blaireau semble l'apprécier. Le sureau noir est aussi un régal pour plus de 60 espèces d'oiseaux.

Notes et références

  1. abc Nouvelle flore de la Belgique, du G. -D. de Luxembourg, du Nord de la France et des régions voisines, Édition du Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Deuxième édition, 1978
  2. Arbres, Poches Nature, Bob Press, 2004.
  3. Plantes médicinales, Gründ, non daté.
  4. abc PasseportSanté. net
  5. ab Plantes comestibles, Nature Poche, Gründ, 1991.
  6. Cooper and Johnson 1984
  7. Tewe and Iyayi 1989

Voir aussi

À ne pas confondre avec :

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Sureau_noir.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu